Blog Archives


L’association Sur les Pas de Gaspard fédère des structures qui accueillent et proposent des animations pour le Jeune public sur le territoire du Parc Livradois Forez. Elle organise notamment des Classe découverte en collaboration avec les instituteurs.

 

Le réseau Sur les pas de Gaspard est une initiative menée par les structures qui la composent. Une véritable aventure humaine pour ce réseau qui permet la collaboration d’une vingtaine de structures (musées, associations, animateurs natures, guide de pêche, hébergements, guides de montagne…) sur le territoire du Parc Naturel du Livradois Forez.classe_decouverte_planche_gaspard

Animée par la volonté de faire partager son amour du pays aux enfants, l’association s’est tout à fait retrouvé dans la thématique choisie par l’école d’Auzances « les savoir-faire du Livradois Forez ».

Au cours de la semaine, les enfants ont pu découvrir des sites incontournables de ce territoire, tel que le Moulin Richard de bas, ou encore le musée de la Coutellerie de Thiers. En plus de la visite de ces lieux emblématiques adhérents au réseau Sur les Pas de Gaspard, l’association propose aux Ecoles des animations plus originales, par exemple un atelier de création de Jouets Buissonniers avec l’association Les Poussins du Coq Noir.

Une semaine pleine de découverte pour les enfants comme pour les adultes qui accompagnaient ce séjour hors des murs de l’école.

Musique

  • Les p’tits loups du Jazz – Now’s the time
  • Dick Annegarn – Bébé éléphant

En savoir plus

http://www.sur-les-pas-de-gaspard.fr/

 

Category: Radio Murmures


Maryline, libraire indépendante à Riom (Puy de Dôme)

A Riom, près de Clermont-Ferrand, Marylin a ouvert une librairie indépendante. Elle accueille une clientèle variée de la région, et honore des commandes pour les écoles, lycées, et bibliothèques de la ville. Non initiée au monde du livre ni au commerce, Maryline a fait ce choix à la quarantaine passée, au moment de prospecter pour retrouver une activité professionnelle à la suite d’un divorce. Elle avait déjà repris les études, qu’elle poursuit en se formant aux métiers du livre, puis décide de s’installer à Riom, une ville où elle a ses repères. Seule à faire tourner la boutique pendant un an et demi, elle peine à se payer, s’épuise un peu, mais le chiffre d’affaires augmente en continu. Par nécessité de partager les tâches, et à la suite d’une belle rencontre, Maryline embauche une, puis deux personnes en contrat aidé, s’ouvrant même de belles pistes de transmission pour l’avenir.

Category: Radio Murmures


Anne, Epicerie Del Païs à Saint Affrique (Aveyron)


Pour ouvrir une épicerie achalandée exclusivement en produits locaux, Anne et Anaëlle sont allées à la rencontre des producteurs installés à 60 km à la ronde, et ont défini avec eux la qualité des produits vendus au magasin. Dans une ville de 8000 habitants dotée de deux supermarchés, comment faire évoluer les habitudes de consommation, proposer un prix juste pour les producteurs, rémunérer le travail des épicières et s’ouvrir au consommateur à petit budget ?


Bernard et Florence, agriculteurs au Prado, Félines (Puy de dôme) commune de TOURZEL-RONZIÈRES


« Bernard et Florence et leurs 3 enfants se sont installés en Auvergne : ils sont devenus agriculteurs à 50 ans. Anciennement salariés du secteur médico-social dans le sud-est de la France, ils produisent aujourd’hui des légumes et des plantes médicinales et accueillent en table d’hôtes. Déçus par les carences d’organisations collectives agricoles dans la région, ils cherchent et inventent des manières de se relier aux autres agriculteurs et de valoriser leurs produits. En choisissant de vivre au plus simple, de réduire les dépenses, Bernard et Florence ménagent leurs efforts. La terre qu’ils utilisent a été achetée par un groupement foncier agricole, où le réseau d’amis et familial a acheté des parts. »

Depuis leur installation en 2009, Bernard et Florence ont élargi leur panel d’activités. En plus de la partie agriculture et maraîchage et de la table d’hôte, ils proposent aujourd’hui un camping à la ferme et une chambre d’hôte avec quatre couchages dans deux petites cabanes.

Vous pouvez retrouver toute leur actualité sur leur site : http://www.leprado.fr/
http://www.accueil-paysan.com/fr/catalog/structure/1060/

Ressourcerie Court-Circuit à Felletin


En 2010, Olivier a créé avec quelques amis (tous sont d’anciens ingénieurs dans l’industrie automobile) une ressourcerie à Felletin.

Le but ? Collecter des objets inutilisés, les remettre en état afin de les revendre. En bref, leur donner une seconde vie et ainsi agir contre la surconsommation.
Vaisselle, jouets, meubles, électroménager, objets en tout genre se retrouvent ainsi sur les rayons de la ressourcerie, qui s’est également dotée d’une fonction sociale : faire de la sensibilisation (sur les déchets, la consommation), notamment auprès des plus jeunes.
Aujourd’hui, la ressourcerie compte six permanents et fonctionne selon des principes bien établis : autogestion, horizontalité, décisions collectives.
Reste un défi permanent : faciliter la venue d’un public le plus large possible au sein de la ressourcerie. »
http://www.court-circuit-felletin.org/
Depuis sa création en 2010, l’association Court-Circuit qui gère la ressourcerie de Felletin a connu une augmentation de son volume d’activité et de sa fréquentation.
Vous pouvez retrouver toute leur actualité sur leur site : www.court-circuit-felletin.org

RESSOURCERIE COURT-CIRCUIT À FELLETIN :

Association Court-circuit
3 route de Vallière
23500 FELLETIN
Tél.: 05 55 66 24 11
cc@court-circuit-felletin.org
www.court-circuit-felletin.org
https://courtcircuitfelletin.wordpress.com/

POUR MIEUX CONNAÎTRE LE RÉSEAU DES RESSOURCERIES

http://www.ressourcerie.fr/

VOS ANCIENS MEUBLES PEUVENT AVOIR UNE SECONDE VIE, LA PREUVE PAR L’IMAGE :

http://www.ressourcerie.fr/2015/11/30/vos-anciens-meubles-peuvent-second…

BIBLIOGRAPHIE :

« Recyclerie, une filière qui émerge », la lettre de l’ADEME, n°65, mars 2000
« Bientôt un réseau de « recycleries » ? », Sciences & Vie, n°995, août 2000


EMISSION n°5 – LES ESPACES TESTS AGRICOLES

​«Quand on n’est pas issu du milieu agricole, on ne sait pas trop par où passer, par où commencer. »

« Il n’y a pas d’échec dans le test, l’idée c’est que ça corresponde au projet de la personne »

Depuis plusieurs années, on assiste à une diminution des reprises ou créations d’installation agricoles dans un cadre familial.

Face à ce manque de renouvellement des générations, une toute nouvelle catégorie de porteurs de projets à un rôle important à jouer. Ceux qui se lancent dans l’aventure paysanne sans être issue du monde agricole.

En Auvergne, des acteurs de la vie associative et du monde agricole se mobilisent  pour redéployer une agriculture de proximité et accompagner ceux qui seront les agriculteurs et paysans de demain.

Rencontre avec Thomas FRÉMONT, animateur à l’Afocg, une association qui accompagne les agriculteurs dans leur gestion comptable notamment et qui fait partie du dispositif ÎLOTS PAYSANS ; et Florie BLANC, porteuse de projet en maraîchage et horticulture dans le cadre du dispositif Îlots Paysans.

LE DISPOSITIF ÎLOTS PAYSANS

Il s’agit d’un dispositif de test agricole porté par les associations du CELAVAR Auvergne (Comité d’Étude et de Liaison des Associations à Vocation Agricole et Rurale). Le CELAVAR Auvergne est une coordination inter-associative qui regroupe une vingtaine d’associations sur divers sujets liés à l’agriculture et à l’installation en milieu rural.

Le CELAVAR a pour missions :

  • Représenter les associations du rural auprès des pouvoirs publics et autres instances sur les questions relatives à la vie associative et aux territoires ruraux.
  • Favoriser la mutualisation d’expériences, de pratiques et de savoirs
  • Expérimenter de nouvelles réponses à apporter aux besoins des territoires ruraux

Le site du Celavar Auvergne
http://celavarauvergne.wix.com/celavar-auvergne#!test-prep/cihc

L’ESPACE TEST AGRICOLE (E.T.A.)

http://celavar.org/nos-actions/l-espace-test-en-agriculture-une.html

L’espace test Agricole est une initiative portée par le réseau national RENETA. L’initiative des E.T.A. est née de différentes expérimentations qui se sont rassemblées pour créer le RENETA (Réseau National des Espaces Tests Agricoles). Elle est relayée localement par des structures accompagnatrices comme les associations membres du CELEVAR en Auvergne, où la réflexion est là depuis 2010 et a débouchée sur le dispositif Îlots Paysans.

Le principe du test est de permettre à tout porteur de projet de tester son projet dans un cadre sécurisé en bénéficiant d’un statut, d’un outil de production et d’un accompagnement adapté.

Îlots Paysans est un Espace test composé de différents lieux tests, dit « en archipel ». Il existe de nombreux cas de figure différents en Auvergne, par exemple :

  • Les porteurs de projet qui disposent déjà d’un terrain et qui recherche une structure pour les accompagner
  • Des terrains mis à disposition par des collectivités
  • Des lieux tests chez des agriculteurs déjà en place qui ont du terrain, du matériel, des bâtiments à mettre à disposition et qui dans certains cas vont partir en retraite et cherche un repreneur (« offres de test »)

Cette liste est bien évidemment non exhaustive, car les associations du CELAVAR

accueillent tout porteur de projets et étudient chaque cas particulier afin d’y apporter la réponse la plus adaptée. Elles définissent avec le porteur de projet les objectifs de l’installation et accompagnent les personnes tout au long du test qui peut durer de 1 à 3 ans.

Ce dispositif s’adresse à tout porteur de projet, si vous souhaitez tester une activité agricole n’hésitez pas à contacter Îlots paysans pour étudier avec eux votre projet.

Les associations d’Îlots paysans recherchent également des agriculteurs, des collectivités et des propriétaires de foncier prêts à s’associer à eux pour faire vivre et développer le projet.

Contact :
Noëlle GOUGIS – Coordinatrice du projet Îlots Paysans
ilotspaysans@gmail.com
04 63 79 81 52

 

MUSIQUE

Les surveillantes – « chanson agricole »

Jules Marquard – « 3 petites fermes »

RESSOURCES

Site de RENETA
http://www.reseaurural.fr/annuaire/reneta-r%C3%A9seau-national-des-espac…

 À lire

La plaquette d’Îlots Paysans
http://dasa.reseaucrefad.org/images/DASA/Rural/ilotspaysans/plaquette%20…

Les espaces-test agricoles : une diversité de dispositifs au service de l’installation agricole
Ce guide, à destination de porteurs de projet d’espaces-test agricoles, qu’ils soient associatifs, élus, agents de développement… se propose de dresser un panorama le plus complet possible des différentes formes et fonctions des espaces-test agricoles à l’heure actuelle.
Mélanie Boyer et Aline Fayard, 2013
Une publication RENETA à partir d’une étude réalisée par le Celavar Auvergne dans le cadre du projet CASIAR Massif Central.

15 € (+ 3 € de frais de port)

Un numéro de la revue transrural initiatives : le test d’activité investit le champ de l’agriculture
http://www.transrural-initiatives.org/wp-content/uploads/2014/04/Dossier…

Numéro 450 de transrural initiatives avec un dossier : les jeunes veulent-ils encore reprendre la ferme de leurs parents.
http://www.transrural-initiatives.org/

A voir

Une vidéo sur le test en agriculture dans le nord pas de calais :
https://vimeo.com/134813506


Conférence gesticulée

« Critiquer le système dominant depuis des expériences vécues »

Le 6 décembre dernier, se tenait à Saint Clément de Vallorgue dans le Puy de Dôme, la conférence gesticulée « Culture à toutes les sauces » d’Anaïs VAILLANT. Cet événement avait lieu dans le cadre du Festival des Conférences gesticulées en Forez, porté par le centre culturel de Goutelas et un collectif de 16 structures.

 

Conférence gesticulée

CONFÉRENCE GESTICULÉE, C’EST QUOI ?

Une conférence gesticulée est une forme scénique à mi-chemin entre la conférence et le théâtre. Les conférenciers-gesticulants mélangent des savoirs froids (théoriques) sur un sujet, et des savoirs chauds (vécus) c’est-à-dire les histoires de vie des conférenciers-gesticulants par rapport à ce sujet. Cette forme hybride redonne de l’authenticité et amène de l’humour, de l’autodérision et un atterrissage politique (ce qu’on peut faire pour agir sur ce sujet).

« CULTURE À TOUTES LES SAUCES » D’ANAÏS VAILLANT

conference-gesticulee-AnaisVAILLANTAnaïs VAILLANT mélange savoirs théoriques et ses expériences personnelles pour un questionnement sur la culture et l’ethnologie. Elle tente d’explorer cette notion de culture à travers son héritage familial, son parcours de thésarde, ses terrains d’enquête, ses contrats professionnels… et aborde l’ambiguïté d’une telle notion et les usages politiques actuels qui peuvent en être faits. Elle partage ses doutes vis-à-vis de la discipline de l’ethnologie quelle considère à la fois comme un produit de nombreuses dominations et comme un outil efficace contre ces dernières. Elle questionne enfin les regards contemporains portés sur les cultures populaires et traditionnelles.

Musique

« Lo Progres », Dupain, album L’usina (2000), paroles de Marius Revelly (Lou Prougre, 1890).
“Noste Pais”, Lo Còr de la Plana, album “Marcha !”

Pour aller plus loin…

Centre culturel de Goutelas : http://www.chateaudegoutelas.fr/ 

Le TÀD, Terrain à Déminer
Le TàD est une association loi 1901 qui a pour buts :
L’insertion professionnelle des jeunes chercheurs en sciences sociales : en les fédérant, à la fois localement et en réseau, pour permettre une meilleure circulation de l’information qu’elle soit d’ordre scientifique, politique, administrative. En mettant en valeur leurs recherches et par là-même leurs compétences dans leur champ d’étude ainsi que dans d’autres domaines, par l’échange des savoirs et savoir-faire recensés dans le groupe ;

Favoriser l’accès à la connaissance socio-anthropologique et transmettre des outils d’innovation sociale : en recherchant et créant de nouveaux moyens d’approche et de diffusion des disciplines auprès de publics divers ; En faisant intervenir le regard socio-anthropologique en dehors de l’université et des écrits scientifiques, et en donnant une approche pluridisciplinaire et non exclusivement académique aux sciences sociales.

http://terrainademiner.blogspot.fr/

Franck Lepage et l’association l’Ardeur

Franck Lepage est l’un des fondateurs de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé (auto-dissoute en 2014)1. Militant de l’éducation populaire, il a été jusqu’en 2000 directeur des programmes à la Fédération française des Maisons des jeunes et de la culture et chargé de recherche associé à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire.

L’auto-dissolution du Pavé en décembre 2014 le voit co-fonder une nouvelle structure d’éducation populaire politique, avec un groupe de conférenciers gesticulants, association baptisée « L’Ardeur ». Elle verra le jour en 2015 et se concentrera sur l’action avec les syndicats, la formation de nouvelles conférences gesticulées et l’édition d’outils militants.
http://www.ardeur.net/conferences-gesticulees/

Émission « Là-bas si j’y suis – Pour une éducation populaire »
http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-jy-suis-pour-une-education-…

À lire sur l’éducation populaire

« L’éducation populaire réinterrogée » – Jean Bourrieau, éd. L’Harmattan – 2001
« Une histoire de l’éducation populaire » de Jean-Marie Mignon et Geneviève Poujol, éd. La Découverte – 2007
« Éducation populaire, une utopie d’avenir » – Franck Lepage, éd. Les Liens qui libèrent – 2012

Bandeau dossier Massif N1 dasa-logo2011-moyen-BQ-T


La Bibliothèque de Saint Anthème « Au plaisir de lire » et l’association « La Brèche » proposent…

anaisvaillant-conferencegesticulee« Culture à toutes les sauces »

Conférence gesticulée d’Anaïs VAILLANT

Dimanche 6 décembre à 15h00

Salle des fêtes de Saint Clément de Vallorgue

Ethnologue, Anaïs VAILLANT tente d’explorer la notion de culture à travers son héritage familial, son parcours de thésarde, ses terrains d’enquête… Elle questionne également les regards contemporains qui sont portés sur les cultures populaires et traditionnelles.

Conférence gesticulée ? Une conférence gesticulée est un spectacle hybride, entre théâtre, témoignage, débat et tribune publique.

Les conférences gesticulées, à l’intersection entre le théâtre et la conférence, sont un outil innovant d’éducation populaire. Leur propriété essentielle consiste à mêler le récit d’éléments vécus par les conférenciers ou conférencières (savoir chaud) et des éléments de théorie (savoir froid).

Cette conférence gesticulée a lieu dans le cadre du festival de

Conférences gesticulées en Forez du 4 au 7 décembre 2015

Retrouvez le programme complet ici

Programme festival conférences gesticulées en forez

Pour ce premier Festival des conférences gesticulées en Forez, le CILDEA, le Centre culturel de Goutelas et d’autres acteurs de l’ESS et de l’éducation populaire organisent une vingtaine de conférences dans différents lieux territoire : cafés associatifs, MJC, centres culturels, cinémas etc .

Category: culture, Radio Murmures


Bienvenue à la Manufacture Coopérative

manucoop-oxalis

« Le but de ces ateliers c’est que les collectifs expérimentent le co-accompagnement entre collectifs »

Les 4 et 5 novembre derniers, la Manufacture coopérative organisait des ateliers « Bienvenue à la manufacture coopérative » dans les locaux de la coopérative d’activité Cesam-Oxalis à Aixe sur Vienne. 

La Manufacture Coopérative est une initiative lancée par les coopératives d’activités Coopaname et Oxalis et le laboratoire de recherche Ladyss (Université Paris 7). Elle consiste en une recherche-action en matière d’accompagnement à la transformation de collectifs de travail (groupes d’usagers, PME, associations, projets étudiants, collectifs informels d’individus autonomes regroupés atour d’une profession …) en organisations coopératives – quel que soit, au final, le statut juridique mobilisé, et quels que soient les fondements de cette transformation : récupération, mutation, transmission, reprise, évolution.

tempsdevivre

« C’est pertinent d’imaginer des collectifs qui se co-accompagnent. »

Les ateliers « Bienvenue à la Manufacture Coopérative », c’est deux jours pour découvrir la Manufacture Coopérative et s’initier très concrètement à la coopération et au co-accompagnement ; un apéro-recherche, moment d’échange entre membres de collectifs et chercheur(s) et une soirée conviviale pour que les participants apprennent à mieux se connaître.

L’objectif premier de l’atelier est de permettre aux participants d’expérimenter le co-accompagnement avec d’autres collectifs et de transmettre des outils qui permettent de vivre concrètement des expériences de coopération et de répondre ensemble à des problématiques exprimés par les collectifs présents.
Au delà de ce premier objectif, l’enjeu pour la Manufacture Coopérative est de constituer un réseau de personnes issues de coopératives (ou de structures sous d’autres formes juridiques) aptes à se renforcer, s’épauler et partager afin d’améliorer leur fonctionnement. A l’issu de ces 2 jours, les participant-es pourront choisir de s’impliquer dans la manufacture coopérative afin de renforcer leur réseau de soutien.

« Avant tout coopérer s’apprend, ça prend du temps, ça demande de s’impliquer et de croiser d’autres personnes qui rencontrent les mêmes problématiques pour petit à petit s’approprier cette façon de travailler à plusieurs. »

Ces ateliers s’adressent aux collectifs en cours de formation (en création ou en reprise d’activité), et aux collectifs qui souhaitent interroger leurs pratiques coopératives dans un cadre collectif. Il est ouvert aux collectifs internes à Coopamme et Oxalis, mais accueillera également avec plaisir des collectifs externes.

Les ateliers manucoop ont lieu dans toutes la France. Les 4 et 5 novembre 2015 ils avaient lieux dans le Limousin pour la première fois et étaient animés par Sylvie Muniglia et Elsa Manghi. L’apéro-recherche était en présence de Marius Chevalier, chercheur au Geolab.

http://manufacture.coop/

http://www.coopaname.coop/

http://www.oxalis-scop.fr/

Musique

Gonzales – Working Together
Mick Jagger – Let’s work

Pour aller plus loin…

A lire :
Faire société : le choix des coopératives, éditions du Croquant
« Même si les créations de coopératives sont en nette augmentation, cette forme d’entreprise reste encore confi- dentielle : est-il donc si difficile de fabriquer de la coopération ? Oui, assurément : une démocratie se construit lentement, une coopérative aussi, et Oxalis et Coopaname, deux structures emblématiques du mouvement des coopératives d’activités, en en partage une méthode, un projet politique visant à établir peu à peu une « pédagogie coopérative » qui irrigue la construction d’initiatives collectives où les acteurs et actrices sont à tour à tour accompagnés et accompagnants. L’évolution vers la coopération implique l’émergence d’une culture spécifique qui fonderait une capacité collective à penser le rapport au pouvoir dans l’entreprise, le rapport au travail et la relation aux autres. Cet ouvrage collectif (une vingtaine de voix parlent d’une aventure en cours, de son origine à ses objectifs utopiques) s’adresse à tous celles et ceux qui souhaitent œuvrer à l’émergence de cette culture coopérative. Beaucoup reste à faire, mais il y a déjà beaucoup à dire ! »

Murmures n°8 : s’installer seul… oui, mais avec d’autres

Entreprendre collectivement en milieu rural – Dossier de Transrural initiatives n°418, juillet-août 2012
“Si diverses entreprises collectives ont, depuis longtemps, joué un rôle important dans l’économie des territoires ruraux, de nouvelles initiatives viennent (re)mettre en cause la figure de l’entrepreneur individuel et la notion même de collectif.”

Comme un rhizome, Béatrice Poncin, éditions la Cheminante
« Imaginez qu’un jardin collectif puisse changer nos vies.
Imaginez que ce jardin géré de manière coopérative grâce aux compétences de chacun permette de redistribuer équitablement les richesses produites. Imaginez que l’économie sociale et solidaire s’étende sur tout le territoire, comme des rhizomes… C’est le rêve éveillé d’Antoine, Inès, Myriam, Colette, Louis et les autres qui, à travers Potes et Potagers, leur entreprise coopérative associative, travaillent à un changement radical de société. »

Donner et prendre, la coopération en entreprise 
Auteur : Norbert Alter – Editeur : La Découverte Décembre 2010
Cet essai analyse les raisons qui poussent les entreprises à coopérer. La coopération est nécessaire au bon fonctionnement des entreprises, mais ne repose que sur la « bonne volonté » des opérateurs. La coopération ne s’explique en effet ni par l’intérêt économique, ni par la contrainte des procédures, ni par les normes de métier. Elle repose largement sur la seule volonté de donner : on donne aux autres parce que donner permet d’échanger et donc d’exister en entreprise

Micro-politique des groupes, pour une écologie des pratiques collectives.
Auteur : David Vercauteren – Éditeur : Les prairies ordinaires
Partant du principe qu’on ne naît pas groupe, on le devient « , David Vercauteren examine dans ce livre les conditions de possibilité d’un véritable fonctionne- ment collectif des groupes militants.

A écouter :

Les chemins pour l’emploi…en limousin
Créer ou reprendre une entreprise dans l’économie sociale et solidaire
http://leschemins-emploi.info/blog/index.php

Bandeau dossier Massif N1

dasa-logo2011-moyen-BQ-T


lagrange-photo3 salle-de-réunion-1024x684

Créée en 2010, la fondation La Grange à danser rénove une grange à Nadaillat, petit village à 17km de Clermont-Ferrand, pour en faire un studio de danse contemporaine et pratiques du corps en milieu rural.

«  La Grange à danser » se situe à Nadaillat – commune de Saint-Genès-Champanelle, classée « village remarquable » par le Parc Naturel des Volcans d’Auvergne, à 17 kilomètres de Clermont-Ferrand, en bordure de la Chaîne des Dômes, 890 mètres d’altitude, sur le plateau de la Serre, dans un environnement protégé de pâturages et bois.

Au départ, c’est quelques personnes qui allient des motivations différentes dans un projet commun, celui de créer un lieu collectif pour les pratiques artistiques en lien avec le corps. Ensuite, c’est la rencontre avec une grange en ruine, sur la commune de Saint-Genès-Champanelle, et une opportunité à saisir. Enfin, c’est la mobilisation de bénévoles, artistes, amis, voisins pour rénover et participer à la création du lieu.

Une aventure qui dure depuis 2010. Aujourd’hui, l’équipe de la Grange à danser a rénové une partie de la grange et propose à la location un premier studio de 100m2, un petit jardin, un espace de réunion, un centre de ressources et une mini-cuisine.

lassociation

Association « Les Engrangés »

L’association « Les Engrangés » a pour but l’organisation d’actions et d’activités dans et en lien avec « La Grange à danser », lieu de résidences artistiques et de pratiques sensibles du corps, propriété du fonds de dotation qui gère le bâti de « la Grange à danser ».

NOTA BENE
Les pratiques sensibles du corps : c’est une pratique qui prend en compte le corps dans sa totalité, sa complexité, son expression et ne le considère plus comme un simple outil au service de l’intellect.
c’est par exemple la danse contemporaine, le yoga, les arts martiaux, le travail de la voix en lien avec le corps…

Christian LAMY est Président du fonds de dotation La Grange à danser, acteur associatif et acteur de l’économie sociale et solidaire, formateurs d’adultes.

La grange à danser
http://www.lagrangeadanser.org/

15 rue de la Fontaine
63122 Nadalliat.
Pour tous contact, renseignement,
réservation de studio et salles, inscription aux activités :
tél. Christian LAMY : 06 76 47 11 07

Musiques
Virginie BASSET – Extrait bande son du spectacle jeune public « Petit ! Petat ! » – Ritournelle chorégraphique et musicale – http://www.virginiebasset.com/spectacles/petit-petat

Aller plus loin…

Qu’est-ce qu’une résidence d’artiste ?
Articles et ressources de la Bibliothèque de Lyon
http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1296

Le Transfo – Agence de développement culturel d’Auvergne
http://www.letransfo.fr/

A lire

« Une danse à lire » est une prolongation du spectacle de danse contemporaine « Abras et Ratcoursis ». Ce spectacle créé par la compagnie AXOTOLT en 2005, s’inspire du travail d’atelier effectué pendant un an, dans plusieurs écoles maternelles du Puy-de-Dôme. Ensemble nous avons expérimenté le corps qui danse, mais surtout le corps comme lieu de découverte, porteur d’une possiblité de langage. Vous pouvez au gré des pages, nous suivre à travers cette danse, et vous amuser à vous mettre en corps, en danse…
Axotolt, 2008
15 € (+ 3 € de frais de port)
http://www.reseaucrefad.org/publications/publication-reseau-crefad-docum…

Danse contemporaine, danse et non-danse, 25 ans d’histoire, Frétard Dominique, Editions Cercles d’art, 2004

La culture et le développement local, OCDE, 2005
http://www.sociologia.unimib.it/DATA/Insegnamenti/16_4274/materiale/cult…

A voir

Conférence gesticulée
Franck Lepage, Conférence gesticulée Incultures 1
http://www.scoplepave.org/les-inculture-s-conferences-du-pave
http://www.scoplepave.org/l-education-populaire-monsieur-ils-n-en-ont-pas

Bandeau dossier Massif N1 dasa-logo2011-moyen-BQ-T


Installé depuis 2014, Thomas BROUILLARD s’est lancé dans le métier très complet de paysan meunier boulanger.

 Il sème, récolte, tri, mou, pétri, cuit et distribue, une maîtrise complète de la fabrication d’un aliment incontournable dans bien des cultures : le pain.
De la chance et du travail ont fait de son installation une réussite.

Musiques :  Ridan – L’agriculteur   – In the corner

Lieux de vente

AMAP de Brioude – Association ABSOLU
Mercredi 17h30 – 19h00

AMAP de Langeac – AMAP du haut Allier
Vendredi 17h30 – 18h30

Magasin bio – Brivabio à Brioude, Place du postel
Livraison le Mercredi à partir de 17h30

Marché de Brioude : toute l’année le samedi de de 8h à 12h Place de l’hotel de ville

Thomas BROUILLARD
Paysan Boulanger.
Les Laniers 43100 LAVAUDIEU
04 71 74 26 20

En savoir plus sur le métier de Paysan Meunier Boulanger

Formation suivie par Thomas BROUILLARD au Le CFPPA de Montmorot

http://www.cfppamontmorot.fr/

http://www.montmorot.educagri.fr/cfppa.html

http://www.agriculturepaysanne.org/files/s-intaller-paysan-boulanger2

Aller plus loin…

  • Livres
    • Portraits de lieux en vie Regards croisés sur l’habitat rural 

Édité par RELIER, 2010, comprend un livret de 70 p. et un DVD diaporama de 22 min, prix libre (sur la base d’1 m symbolique + 3 m de frais de port), à commander auprès de RELIER (1 rue Michelet, 12400 St Affrique, 05 65 49 58 67).

L’idée a germé, ils ont pris la route et ses détours pour choisir un lieu où s’installer. Ils ont cherché les moyens pour y parvenir, projeté une activité sur un territoire et posé les principes d’un nouveau mode de vie. Du diaporama Lieux en vie émerge une mosaïque d’initiatives individuelles, collectives et territoriales toutes différentes et créatives dans la manière d’habiter l’espace rural. Le livret Portraits de lieux en vie accompagne le diaporama, et s’arrête sur chacun des 13 lieux visités et ses habitants pour les présenter plus en détail. L’association RELIER et le groupe de travail à l’origine de cette étude (composé d’architectes, d’artistes et de praticiens de sciences humaines) proposent d’animer des projections-débats dans l’espace public, à la demande d’associations, collectivités locales, groupes d’habitants.

  • Documentaire
    • Marie-Monique ROBIN « Les moissons du futur » 

Les Moissons du futur – Bande-annonce

Bandeau dossier Massif N1 dasa-logo2011-moyen-BQ-T