« C’est en discutant avec les autres (…) qu’on apprend, qu’on prend de l’expérience et de l’expertise »


Bienvenue à la Manufacture Coopérative

manucoop-oxalis

« Le but de ces ateliers c’est que les collectifs expérimentent le co-accompagnement entre collectifs »

Les 4 et 5 novembre derniers, la Manufacture coopérative organisait des ateliers « Bienvenue à la manufacture coopérative » dans les locaux de la coopérative d’activité Cesam-Oxalis à Aixe sur Vienne. 

La Manufacture Coopérative est une initiative lancée par les coopératives d’activités Coopaname et Oxalis et le laboratoire de recherche Ladyss (Université Paris 7). Elle consiste en une recherche-action en matière d’accompagnement à la transformation de collectifs de travail (groupes d’usagers, PME, associations, projets étudiants, collectifs informels d’individus autonomes regroupés atour d’une profession …) en organisations coopératives – quel que soit, au final, le statut juridique mobilisé, et quels que soient les fondements de cette transformation : récupération, mutation, transmission, reprise, évolution.

tempsdevivre

« C’est pertinent d’imaginer des collectifs qui se co-accompagnent. »

Les ateliers « Bienvenue à la Manufacture Coopérative », c’est deux jours pour découvrir la Manufacture Coopérative et s’initier très concrètement à la coopération et au co-accompagnement ; un apéro-recherche, moment d’échange entre membres de collectifs et chercheur(s) et une soirée conviviale pour que les participants apprennent à mieux se connaître.

L’objectif premier de l’atelier est de permettre aux participants d’expérimenter le co-accompagnement avec d’autres collectifs et de transmettre des outils qui permettent de vivre concrètement des expériences de coopération et de répondre ensemble à des problématiques exprimés par les collectifs présents.
Au delà de ce premier objectif, l’enjeu pour la Manufacture Coopérative est de constituer un réseau de personnes issues de coopératives (ou de structures sous d’autres formes juridiques) aptes à se renforcer, s’épauler et partager afin d’améliorer leur fonctionnement. A l’issu de ces 2 jours, les participant-es pourront choisir de s’impliquer dans la manufacture coopérative afin de renforcer leur réseau de soutien.

« Avant tout coopérer s’apprend, ça prend du temps, ça demande de s’impliquer et de croiser d’autres personnes qui rencontrent les mêmes problématiques pour petit à petit s’approprier cette façon de travailler à plusieurs. »

Ces ateliers s’adressent aux collectifs en cours de formation (en création ou en reprise d’activité), et aux collectifs qui souhaitent interroger leurs pratiques coopératives dans un cadre collectif. Il est ouvert aux collectifs internes à Coopamme et Oxalis, mais accueillera également avec plaisir des collectifs externes.

Les ateliers manucoop ont lieu dans toutes la France. Les 4 et 5 novembre 2015 ils avaient lieux dans le Limousin pour la première fois et étaient animés par Sylvie Muniglia et Elsa Manghi. L’apéro-recherche était en présence de Marius Chevalier, chercheur au Geolab.

http://manufacture.coop/

http://www.coopaname.coop/

http://www.oxalis-scop.fr/

Musique

Gonzales – Working Together
Mick Jagger – Let’s work

Pour aller plus loin…

A lire :
Faire société : le choix des coopératives, éditions du Croquant
« Même si les créations de coopératives sont en nette augmentation, cette forme d’entreprise reste encore confi- dentielle : est-il donc si difficile de fabriquer de la coopération ? Oui, assurément : une démocratie se construit lentement, une coopérative aussi, et Oxalis et Coopaname, deux structures emblématiques du mouvement des coopératives d’activités, en en partage une méthode, un projet politique visant à établir peu à peu une « pédagogie coopérative » qui irrigue la construction d’initiatives collectives où les acteurs et actrices sont à tour à tour accompagnés et accompagnants. L’évolution vers la coopération implique l’émergence d’une culture spécifique qui fonderait une capacité collective à penser le rapport au pouvoir dans l’entreprise, le rapport au travail et la relation aux autres. Cet ouvrage collectif (une vingtaine de voix parlent d’une aventure en cours, de son origine à ses objectifs utopiques) s’adresse à tous celles et ceux qui souhaitent œuvrer à l’émergence de cette culture coopérative. Beaucoup reste à faire, mais il y a déjà beaucoup à dire ! »

Murmures n°8 : s’installer seul… oui, mais avec d’autres

Entreprendre collectivement en milieu rural – Dossier de Transrural initiatives n°418, juillet-août 2012
“Si diverses entreprises collectives ont, depuis longtemps, joué un rôle important dans l’économie des territoires ruraux, de nouvelles initiatives viennent (re)mettre en cause la figure de l’entrepreneur individuel et la notion même de collectif.”

Comme un rhizome, Béatrice Poncin, éditions la Cheminante
« Imaginez qu’un jardin collectif puisse changer nos vies.
Imaginez que ce jardin géré de manière coopérative grâce aux compétences de chacun permette de redistribuer équitablement les richesses produites. Imaginez que l’économie sociale et solidaire s’étende sur tout le territoire, comme des rhizomes… C’est le rêve éveillé d’Antoine, Inès, Myriam, Colette, Louis et les autres qui, à travers Potes et Potagers, leur entreprise coopérative associative, travaillent à un changement radical de société. »

Donner et prendre, la coopération en entreprise 
Auteur : Norbert Alter – Editeur : La Découverte Décembre 2010
Cet essai analyse les raisons qui poussent les entreprises à coopérer. La coopération est nécessaire au bon fonctionnement des entreprises, mais ne repose que sur la « bonne volonté » des opérateurs. La coopération ne s’explique en effet ni par l’intérêt économique, ni par la contrainte des procédures, ni par les normes de métier. Elle repose largement sur la seule volonté de donner : on donne aux autres parce que donner permet d’échanger et donc d’exister en entreprise

Micro-politique des groupes, pour une écologie des pratiques collectives.
Auteur : David Vercauteren – Éditeur : Les prairies ordinaires
Partant du principe qu’on ne naît pas groupe, on le devient « , David Vercauteren examine dans ce livre les conditions de possibilité d’un véritable fonctionne- ment collectif des groupes militants.

A écouter :

Les chemins pour l’emploi…en limousin
Créer ou reprendre une entreprise dans l’économie sociale et solidaire
http://leschemins-emploi.info/blog/index.php

Bandeau dossier Massif N1

dasa-logo2011-moyen-BQ-T